Les aides à la rénovation énergétique en 2019

articles récents on 25 Feb , 2019

 

 

Il existe des aides financières pour vous accompagner dans la rénovation énergétique de votre logement.

Voici celles dont vous pourrez bénéficier en 2019.

L’isolation thermique d’un logement est l’un des principaux facteurs aidant à réaliser des économies en tout genre : en finir avec les pertes de chaleur, baisser sa facture d’énergie, faire un geste pour la planète, et vivre dans un environnement plus confortable. C’est le premier pas dans les travaux de rénovation énergétique, et peut s’appliquer à la toiture, qui, si elle est mal isolée, est à l’origine de plus de 25% des déperditions énergétiques. Une bonne isolation des murs permet quant à elle d’économiser jusqu’à 25% d’énergie. Vous avez le choix entre plusieurs types d’isolations, plus ou moins respectueuses de la planète, notamment grâce au liège.

L’Etat, pour aider à la transition écologique, propose un certain nombre d’aides.

Il s’agit de vous aider sur le plan du financement par le biais de crédits d’impôts, baisse de la TVA, exonération de la taxe foncière pour les travaux visant à économiser l’énergie, et bien d’autres. Que vous soyez locataire ou propriétaire, vous pouvez rassembler les critères d’éligibilité. Voici un tour d’horizon de ces différentes aides.

 

Les aides du gouvernement

-1- Les avantages fiscaux

Les deux principales aides mises en place par le gouvernement sont le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), et l’éco-prêt à taux zéro. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique est une déduction de l’impôt sur le revenu, de 30% du montant des travaux engagés pour la rénovation énergétique. Il est prévu qu’il soit transformé en prime à l’horizon 2020, qui serait estimée plus incitative à la réalisation de travaux. Le montant total des investissements éligibles est plafonné à 8 000 € (donc 2400€ déductible pour 8000€ ou plus de travaux) pour une personne seule, 16 000 € (donc 4800€ déductible pour 16000€ ou plus de travaux) pour un couple et 400 € supplémentaires par individu en plus à charge. Les déductions sont applicables à condition de respecter toutes les conditions du CITE et notamment de sollicité un artisan labellisé RGE pour l’intégralité du projet, de la fourniture du matériel à sa pose.

Exceptionnellement, le taux du CITE est même relevé à 50 % pour la dépose d’une chaudière fioul, dans l’optique de remplacer son système par une alternative plus verte comme la pompe à chaleur ou la chaudière bois, par exemple.

Il est important de noter que le changement de vitrages réapparaît dans la liste des travaux éligibles au CITE, après avoir été supprimé au 2e semestre 2018. Seulement, le taux qui s’applique dans ce cas est de 15 %, et il faut respecter un plafond de dépenses de 100 € par ouverture.

Avant toute chose, toute rénovation énergétique partiellement financée par le CITE doit débuter au plus tôt 2 ans après la date d’achèvement du logement. De plus, comme pendant les années précédentes, cette aide fonctionne uniquement pour les travaux réalisés dans une résidence principale. Enfin, toutes les dépenses qui entrent dans l’enveloppe du CITE doivent impérativement avoir été réglées aux artisans et entreprises du BTP avant le 31 décembre 2019.

D’autres initiatives peuvent faire partie de la somme globale des travaux faisant l’objet d’un crédit d’impôt : l’audit énergétique, la pose d’une borne de recharge de véhicule électrique, les équipements pour la production d’électricité avec de l’énergie hydraulique ou de biomasse, la mise en place des appareils de régulation et de programmation du chauffage, etc…

Qui peut bénéficier du CITE en 2019 ?

Il est important de savoir que le CITE fait partie des aides à la rénovation énergétique sans condition de revenus. Il est accessible aussi bien aux locataires qu’aux propriétaires, et même aux personnes hébergées à titre gratuit.

Pour s’assurer d’avoir une situation compatible avec le CITE, il faut solliciter la même entreprise pour fournir les matériaux et les installer – dans la majorité des cas, le label RGE est exigé. Le CITE peut être cumulé avec d’autres aides, comme l’éco-PTZ permettant d’emprunter sans intérêts.

CITE et prélèvement à la source : quelles conséquences ?

Entre mai et juin 2019, les contribuables devront préciser dans leur déclaration de revenus le montant de leur crédit d’impôt. Il sera déduit du solde calculé en août 2019. Toutefois, pour simplifier l’accès aux aides à la rénovation, le gouvernement envisage sérieusement de convertir le CITE en « prime travaux » en 2020.

Dans cette perspective, un capital serait directement versé aux bénéficiaires, selon des conditions d’attribution qui restent à définir.

Jusqu’au 31 décembre 2018 vous pouviez bénéficier d’un prêt à taux zéro pour effectuer ces travaux, à conditions qu’ils portent sur 2 des 6 opérations nécessaires à l’éligibilité (Isolation, Installation d’un nouveau chauffage plus économe, Installation d’un dispositif fonctionnant avec une énergie renouvelable pour fournir de l’eau chaude sanitaire, Assainissement individuel qui ne consomme pas d’énergie, Tout chantier permettant d’atteindre un niveau de performances minimal pour respecter les normes en vigueur dans le bâtiment, Le raccordement à un réseau de chaleur sur lequel des énergies renouvelables ou récupérées circulent). Les autorités maintiennent cette mesure pour la nouvelle année, et dès le 1er mars 2019, c’est une seule des opérations de travaux qui vous rendra éligible à ce prêt, sans que vous n’ayez à avancer de frais, ou payer d’intérêts.

Si votre logement est achevé depuis plus de deux ans et que vous souhaitez réaliser des travaux d’amélioration de la qualité énergétique, vous pouvez bénéficier d’une réduction de la TVA, qui passe à 5,5%.

Il est possible également que votre collectivité locale vous exonère temporairement de la taxe foncière, si votre logement a été achevé avant le 1er janvier 1989, et que vous réalisez des travaux d’économie d’énergie.

-2- Les aides financières

Les fournisseurs d’énergie tels que EDF, Total Spring, Direct Energie, par le biais de Certificats d’Economies d’Energie, proposent eux aussi des aides pour la réalisation de travaux à condition qu’ils soient réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). N’hésitez pas à entrer en contact avec votre fournisseur historique pour évaluer les économies pouvant être faites, et les offres qu’il pourrait vous proposer. L’aide peut se présenter sous forme de prime, comme une remise sur la facture ou d’avoir, mais également sous forme de diagnostic, de prêt à taux attractif pour inciter à la l’optimisation énergétique.

Si votre logement a de plus de 15 ans, vous pouvez déposer un dossier auprès de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), dans le cadre du programme Habiter Mieux visant à améliorer le confort de vie en fournissant des aides pour des travaux d’optimisation énergétique.

Enfin, une aide financière, le Chèque énergie est distribué aux personnes disposant de faibles ressources, d’un montant variant entre 48 et 227€, en fonction du revenu fiscal de référence. Bien entendu, vous avez aussi la possibilité de faire baisser vos factures en choisissant un fournisseur alternatif d’énergie tel que Direct Energie offrant des réductions sur le prix du kilowatt-heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *